Comment préparer une navigation de nuit

La navigation de nuit est un moment très appréciable. Tous ceux qui l’ont vécu se souviennent de leur première « nav » de nuit. Mais comme toute navigation et à fortiori de nuit, elle se prépare scrupuleusement.

L’habitude

Mieux vaut éviter de partir en solitaire de nuit si vous n’y êtes pas habitué.

2 possibilités s’offrent à vous : Soit embarquer avec une personne de confiance, rompue à cet exercice, et profiter de ses connaissances et conseils. Soit, commencer par des petites navigations 1 heure ou 2 avant le lever du jour et s’habituer à votre nouvel environnement. Je vous déconseille de partir au coucher du soleil, pour votre première expérience, en cas de problème, vous risqueriez de mal réagir sachant que la nuit ne fait que commencer, sans omettre une difficulté accrue pour les secours en cas de besoin.

Réalisez de préférence ces sorties sur un secteur que vous connaissez déjà de jour, ainsi vous aurez des repères qui vous seront familiers.

Une fois quelques sorties faites, vous pourrez faire votre navigation de nuit avec une meilleur appréhension de l’environnement nocturne en mer.

La préparation

Comme pour toutes navigations, il est impératif de bien préparer son parcours.

En premier lieu sur la carte marine. Pour cela, un simple tracé du parcours souhaité sera suffisant. Vous tracez votre route fond depuis votre point de départ, jusqu’à l’arrivé souhaitée, en prenant soin de respecter le balisage et de bien le repérer sur la carte. Notez les distance entre chaque balisage que vous rencontrerez et ainsi, selon la vitesse à laquelle vous avancez, vous aurez une idée du moment auquel vous allez le rencontrer. Si vous naviguez en zone côtière riche en balisage, au fur et à mesure que vous avancerez, vous serez en mesure d’apercevoir la prochaine balise et ainsi de vous diriger plus facilement. Il n’y aura pas de surprise et vous saurez quoi faire et quelle direction adopter. Ce n’est pas à quelques dizaines de mètres d’une cardinale, que l’on se demande de quel coté passer.

En second lieu, reporter votre parcours sur votre traceur électronique. En jetant un œil dessus régulièrement, vous pourrez le comparer avec votre route sur la carte.

Prenez l’habitude de travailler sur la carte en même temps que votre GPS. L’avantage est qu’en pointant régulièrement votre position sur la carte, vous saurez beaucoup plus rapidement où vous êtes en cas de panne de l’appareil ou par manque d’énergie.

 

Les feux des navires et le balisage de nuit

Si vous n’êtes pas au point sur les feux des navires et le balisage de nuit, prenez le temps de bien réviser. Confondre 2 scintillements de cardiales peut avoir des conséquences dramatiques.

Consulter les prévisions méteo sur plusieurs sources 2 ou 3 jours avant votre navigation de nuit, puis la veille et enfin quelques heures avant de partir.

La sécurité

Vérifiez encore une fois la date de péremption de vos feux à main, fusées et tous les moyens de repérage lumineux. Changer éventuellement les piles de votre lampe torche étanche et de votre feu à retournement, vérifier le bon fonctionnement de vos feux de navigation, de mouillage et de votre projecteur. Assurez vous que vous aurez à portée de main ou facilement trouvable tous les équipements de sécurité.

En mer, nous devons porter notre gilet, le temps de survie sans moyen de flottabilité est considérablement réduit, surtout en cas de choc à la tête lors d’une chute à l’eau.

De nuit, c’est indispensable !! Retrouver une personne tombée à l’eau de nuit; entre la panique, l’obscurité et la perception des distances qui change radicalement, l’opération est très délicate voir soumise à la chance.

Pour cela, attachez-vous ! Une longe vous permettra d’éviter la chute. Si vous êtes plusieurs, la personne de quart doit être attachée en permanence. En cas de problème, si les autres équipiers sont dans le carré ou dans leur bannette, le temps de réaction sera trop long.

De plus, être attaché procure une sensation de sécurité qui vous permettra de mieux vous concentrer sur la nav et le plaisir de la navigation de nuit.

Pour éviter des incidents ou blessures, il est très recommandé de se déplacer lentement.

Concernant l’éclairage, privilégiez une lumière rouge, cela évitera de vous éblouir et d’avoir un long temps d’adaptation à l’obscurité.

Assurez une veille permanente !

Le confort

Pour passer un bon moment en navigation de nuit, il faut penser aussi au confort.

Si vous voulez superposer les couches de vêtement correctement, voici la bonne méthode : Un sous-vêtement thermique (en laine de merinos ou synthétique), une 2ème couche en polaire, et une veste de mer ou un manteau coupe vent et le plus imperméable possible.

N’hésitez pas à prévoir de bonnes chaussettes, le froid arrivant en premier aux extrémités, notamment les pieds. Vous pouvez également porter des bottes pour la plaisance, elles sont confortables et antidérapantes.

Prévoir de quoi manger régulièrement, comme des barres de céréales, bananes ou pommes. Buvez régulièrement de l’eau ou du jus de fruit et n’abusez pas du café.

Lorsque vous êtes de quart, ou seul à bord, laissez votre garde manger à portée de main pour éviter de quitter la veille trop longtemps.

Voilà les quelques conseils de base pour commencer à naviguer de nuit, j’espère qu’ils vous seront utiles.

N’hésitez pas à partager vos expériences, l’échange est toujours riche d’apprentissage pour tous.

Loïc



Pixel
Agence Web

En ce moment

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux et bénéficiez d'un cadeau de bienvenue lors de votre inscription !